Nous contacter

· Une demande?
· une question?
· Vous souhaitez vous abonner?

Rendez-vous dans la rubrique contact.

LA QUETE DU SAINT GRAAL

                 Le Graal, c’est la France, et son cœur est Bourges. Si le moyen-âge a vu se révéler cette quête de l’Elixir de longue vie, cette quête de Dieu en Soi, c’est aujourd’hui, en ce début de XXIe siècle particulièrement, qu’il est nécessaire de rechercher le Saint graal en Soi. C’est devenu la priorité, la plus importante démarche ou « mission individuelle » qui soit.

            Devant la montée du matérialisme, de la violence, de l’individualisme, de l’égoïsme, de l’ignorance spirituelle, chacun d’entre nous doit s’intérioriser et faire le point sur sa propre existence. Les temps que nous traversons sont potentiellement explosif sur le plan planétaire et sur le plan individuel humain. Sur le plan planétaire, les risques dus à la pollution et à l’exploitation des richesses naturelles de notre mère la terre sont si élevés que celles-ci viendront à manquer dans quelques décennies seulement.

            Les risques liés à chaque individu sont du même ordre ; en raison du désintéressement des humains pour les aspects religieux ou simplement spirituels de leur vie, un engouement pour les valeurs matérialistes diminue l’espoir d’un retour dans l’Eden Primordial. Bien peu ont conscience que seul un engagement sur la voie étroite les rapprocheront de Dieu.

            Ceux qui ignorent volontairement ces recommandations sont bien présomptueux et défient leur créateur sur un terrain et dans un combat qu’ils n’ont absolument aucune chance d’emporter. Même les plus téméraires des chevaliers n’ont pas découvert le Saint Graal, il y eut, il y a, et il y aura beaucoup d’appelés mais peu d’élus.

            En ces temps d’apocalypse annoncée, qui pressentent une gigantesque explosion des valeurs humaines et matérialistes, il est capital pour la survie de l’humanité, que des hommes sauvegardent les connaissances de la Tradition Primordiale. Pour ce faire, les sociétés secrètes ou discrètes à caractères initiatiques œuvrent pour sauvegarder et transmettre aux générations futures l’ensemble des lois qui régissent et organisent la vie dans l’infiniment grand comme dans l’infiniment petit donc dans l’homme.

            La queste ou quête du Saint Graal est contée sous forme d’allégorie, de légende, de symbole, d’aventure chevaleresque qui sont autant de moyens d’informations pour guider les hommes sincères vers la rédemption Divine. Pourquoi n’est-il pas tout simplement expliqué comment y parvenir ? La réponse bien qu’évidente pour les initiés, l’est beaucoup moins pour les cherchant sur le sentier. En effet, si l’on dévoilait la façon d’y parvenir, les hommes s’empresseraient de griller les étapes nécessaires à la réalisation intérieure et sombreraient à coup sûr dans la pseudo spiritualité et perdraient leur énergie et leur temps en vaines espérances. C’est un peu dans ce sens que conduisent les disciplines new-âge qui ne font que survoler les valeurs et les enseignements de la Tradition Primordiale.

            D’une autre façon, ils pourraient être tentés de passer outre les recommandations et les progrès graduellement acquis par le biais de l’initiation qui valorise l’état d’initié. La voie qui mène au Divin Créateur ne se découvre qu’après une lente progression et une approche maîtrisée qui transforme l’être en profondeur par une juste compréhension des desseins divins. Il serait inconcevable de croire, comme l’on souvent exposé les films du petit et du grand écran, qu’un être qui boirait à la Sainte Coupe sans le mériter puisse accéder à la droite de Dieu. Ce genre de croyance est une contre vérité visant à inciter les crédules à ce dépenser corps et âme pour une quête toute aussi chimérique que vouée à un cuisant échec.  Chacun d’entre nous doit faire l’effort d’œuvrer en toute humilité pour se réaliser lui-même et sauver son âme d’une apocalypse tant intérieure qu’extérieure.

            Il a été écrit des tas de livres relatant les aventures des chevaliers partant en quête pour les beaux yeux de leur Dame de Cœur, que pas un instant les lecteurs non initiés ne se soient posé la question : « Quelle était donc cette Dame pour qui les chevaliers risquaient leur vie sans aucune hésitation ? » La réponse qui s’impose nécessairement sera : « C’est pour Notre Dame, la Très Sainte Vierge Marie ». Pour trouver le Saint Graal, il faut partir à la recherche du Christ en Soi, en laissant la Très Sainte Vierge Marie sur le plan Divin. Lorsque nous aurons trouvé et réalisé le Christ en nous, nous accèderons à la droite de Dieu et Marie Notre Dame sera heureuse d’avoir souffert pour notre rédemption.

            Pour quelle raison aurait-elle autant souffert de perdre son fils dans d’atroces souffrances, si ce n’était pour le bien de tous ses autres enfants, que nous sommes potentiellement sur cette terre. Le Christ a souffert sur la Croix, sa Divine Mère a souffert au bas de la Croix, nous devons souffrir à remonter cette Croix de rédemption jusqu’à atteindre l’état de Christ nous même.

           

            Lutter contre ses propres passions est une aventure éminemment complexe. Le premier pas demande un effort colossale ; il faudra cheminer à contre sens des tentations du monde, de celles qui accaparent le quotidien du commun des mortels. Il faut bien admettre qu’en occident particulièrement, l’homme pense plus à obtenir, à avoir, à posséder, à convoiter, à envier, à spéculer sur les richesses et tout ce qui peut le satisfaire matériellement, plutôt qu’à prier et méditer. Cette attitude l’empêche d’être réceptif et attentif au monde naturel et subtil et à sa nature intérieure. Si l’homme rompt le contact avec sa propre dimension spirituelle, il s’isole et perd toutes possibilités de communication et de communion avec les forces divines.

            L’homme dispose du libre arbitre. Celui-ci lui permet de choisir en toute liberté les orientations à donner à sa vie hors de toute contrainte et en adéquations avec ses propres convictions. Pour faciliter ses prises de décisions, deux possibilités se présentent à lui :

1-      L’examen de conscience ; qui permet la correction de nos propres lacunes et erreurs. Il doit être effectué quotidiennement pour être efficace. Avec de la persévérance on parvient à contrôler ses passions et ses instincts.

2-      La prière ; « demander et il vous sera donné ». Prier et demander de l’aide avec humilité. La plupart des hommes sont trop orgueilleux pour s’agenouiller et prier sincèrement le Dieu de leur cœur. Ils sont trop fiers pour admettre leurs faiblesses morales.

Effectuer ces deux exercices régulièrement est le premier pas sur la voie du Saint Graal et de la perfection individuelle que nul ne peut et ne pourra jamais réaliser à votre place.

Les différentes semblances du Graal sont : la Coupe, le vase, le Chaudron, la Pierre, l’Emeraude, le Livre et le Cœur, pour ne citer que les plus utilisées pour le décrire. Trois d’entres elles sont communément admises comme des contenants. La Coupe, la Pierre et le Livre. Ce qu’ils contiennent est de nature spirituelle et divine comme leur contenant, qui est lui-même d’essence divine.

            Boire à la coupe du Graal signifie la recherche de la Vérité, donc du Christ et de Dieu lui-même. La Pierre qui est symbole de Connaissance est la Pierre Cubique, l’initié. C’est également la Pierre Philosophale des Alchimistes qui permet l’accès à une Connaissance supérieure à la connaissance profane. Le Livre est le symbole de la Science et de la Sagesse. On retrouve le Graal décrit sous la forme d’un vase dans les civilisations égyptiennes, indiennes, perses et précolombiennes, sous la forme d’un chaudron magique dans la tradition celtique (il y est accompagné d’une lance et d’une épée), sous la forme du Cœur représenté par un triangle pointe vers le bas, sous la forme d’une émeraude tombée du front de Lucifer lors de sa chute.

            S’abreuver à la Coupe du Graal est le plus haut idéal s’offrant à l’homme. Les œuvres littéraires du moyen-âge retracent l’éducation spirituelle et morale des chevaliers ainsi que leur idéal d’Amour Mystique.

            Partir à la quête du Graal constitue une merveilleuse aventure spirituelle qui signifie recherche de la Vérité, du centre du monde d’où tout émane. Cette aventure entraine l’homme sur des chemins parsemés d’embûches, d’épreuves, d’obstacles qui constituent une lutte de tous les instants contre la tentation, les passions et l’instinct. Le Graal est en chaque être, là où réside l’âme, au centre du Cœur.

octcnd

JoomSpirit