Nous contacter

· Une demande?
· une question?
· Vous souhaitez vous abonner?

Rendez-vous dans la rubrique contact.

QU'EST-CE QU'UN ORDRE TRADITIONNEL

Qu'est-ce qu'un Ordre Traditionnel ?

La plupart des organisations initiatiques contemporaines s'affirment Traditionnelles, mais bien peu le sont en réalité. Celui qui entreprend la queste spirituelle est donc amené, tôt ou tard, à se poser logiquement et légitiment cette question : "l'association à laquelle j'adhère (ou à laquelle je me propose d'adhérer) est-elle Traditionnelle ?". Nous allons tenter de répondre à cette préoccupation.

Certains souhaiteraient que nous établissions la liste des ordres que nous considérons valables. Au premier abord, cette solution apparait séduisante dans sa simplicité. Mais en la réalisant, on s'apercevrait très vite qu'il existe deux obstacles majeurs :

-          Nul ne peut se targuer de connaître assez toutes les organisations pour pouvoir porter sur chacune d'elles, un jugement objectif.

-          Une organisation, créée Traditionnellement, peut perdre ce caractère et évoluer vers le sectarisme.

C'est pourquoi, les catalogues prétendant recenser les organisations Traditionnelles n'ont pratiquement aucune valeur. S'ils signalent l'existence de telle ou telle organisation, ils n'en garantissent pas l'authenticité. L'Esprit de discernement faisant partie des qualités requises pour devenir un initié, nous ne fournirons que des critères permettant de reconnaître les organisations Traditionnelles.

         Il convient tout d'abord de s'intéresser à l'aspect légal de ces organisations en France, la plupart d'entre elles sont régies par la loi de 1901. Elles possèdent donc des statuts qui prévoient un conseil d'administration et la tenue d'assemblées générales annuelles. Le conseil d'administration ne doit pas avoir un rôle de potiche. Il ne faut pas oublier, par exemple, que c'est le seul organisme pouvant, légalement exclure un membre. Lors des assemblées générales doivent être produits et approuvés un rapport moral et un rapport financier. Ce dernier est d'une exceptionnelle importance car c'est le document permettant aux membres de contrôler la gestion financière de leur Ordre. Et ce contrôle est un droit et un devoir. Ceux qui versent des cotisations doivent connaître l'emploi de celles-ci et doivent pouvoir exprimer leur sentiment sur ce point. C'est un fait bien connu que les sectes s'abstiennent d'informer leurs adhérents sur la gestion des fonds qui leur sont versés. Certains nous feront remarquer que les statuts, le conseil d'administration, l'assemblée générale n'ont rien d'initiatique. Nous ne les contredirons pas. Mais nous ajouterons que leur inexistence, théorique ou pratique, ne milite pas en faveur du caractère Traditionnel de l'Ordre en question car la Tradition n'exige jamais qu'on suive, les yeux fermés, les décisions d'ordre matériel ou financier d'une autorité quelconque.

         Sur le plan doctrinal, il va de soi qu'une organisation traditionnelle ne peut que se réclamer de la Tradition. Celle-ci étant une émanation de la Sagesse divine ne devant rien à l'humain. Luc BENOIST (in : L'Esotérisme – Collection Que Sais-je n° 1031) la définit très justement : "Il ne s'agit pas de couleur locale, de coutumes populaires ni de mœurs curieuses collectionnées par les folkloristes, mais de l'origine même des choses. La Tradition au sens précis du mot, consiste dans la transmission innée et immanente de principes d'ordre universel, d'origine non humaine, puisque l'homme ne s'est pas donné à lui-même ses propres raisons de vivre".

         L'origine et l'essence divines de la Tradition garantissent son unité (Dieu étant Un, il ne peut y avoir qu'une Tradition) et sa perfection (la Tradition est immuable et l'homme ne peut rien ajouter).

         Certes l'homme appréhende la Tradition selon le niveau spirituel qu'il a atteint. Certes, la Tradition se revêt, selon les époques et selon les latitudes, de vêtements particuliers. Mais tout Ordre qui professe l'origine humaine, la diversité, le caractère évolutif de la Tradition va à l'encontre des processus de dégradation dont nous abordons les phases ultimes et qui vise à faire des hommes, des insectes stupides.

         On comprend alors pourquoi les charlatans de l'occulte nient, dénaturent, ou méconnaissent le concept de Tradition. Pour eux, unité signifie uniformité, qualité signifie quantité, impersonnalité signifie dépersonnalisation, doctrine signifie dogme… Jean DURING (in Rien sans l'Initiation – Guénon – Planète plus n° 15) écrit : "les traits essentiels d'une organisation initiatique sont la rigueur dans le maintien des formes authentiques de la Tradition et la précision dans leur application.

         Toute défaillance aux principes entraine la rupture avec la Tradition et la perte de son influence spirituelle". Nous ajouterons que dans une organisation traditionnelle, la Tradition doit être vécue. Le Christ, incarnation de la Tradition du fait de sa divinité, n'a-t-il pas dit : "Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie" (Jean XIV. 6). Et ces paroles sont une clef pour ceux qui veulent approfondir leur saisie de la Tradition. Saisie qui ne peut se faire que par l'Initiation.

         De nos jours, on parle de l'Initiation à propos de n'importe quoi. Aussi convient-il de lui restituer sa véritable signification. Nous laisserons ce soin à Serge HUTIN (in Les Sociétés Secrètes – n° 515 – Que Sais-je ? P.U.F.) : "L'Initiation est un processus destiné à réaliser psychologiquement chez l'individu, le passage d'un état réputé inférieur de l'être à un état supérieur".

         Par l'Initiation, le profane devient un initié. Mais beaucoup feraient bien de méditer cette phrase de GUENON : "Il ne s'agit pas de communiquer avec d'autres êtres mais d'atteindre et de réaliser soi-même un état supra individuel, non pas, bien entendu, en tant qu'individu humain – ce qui serait évidemment absurde -, mais en tant que l'être qui se manifeste comme un individu humain, dans un certain état, a aussi en lui les possibilités de tous les autres états".  Ce qui implique que l'Initiation, une fois reçue, n'est encore que virtuelle et qu'elle doit être valorisée par un travail personnel puisque chacun porte en lui son propre maître : le Christ.

         Pour ce faire, une organisation traditionnelle se doit de diffuser un enseignement. Ce dernier peut revêtir, pour certains sujets une forme écrite, mais seul l'enseignement oral permet la révélation des Arcanes Majeurs. Il va de soi que toutes les disciplines traditionnelles y seront enseignées dans leur intégralité et sans déformation. Par exemple, l'Alchimie ne doit pas être restreinte à un art de transmutation spirituelle mais doit être présentée comme une science sacrée alliant l'oratoire au laboratoire.

         Faut-il préciser que tout rite initiatique requiert un contact physique entre l'Initiateur et celui qu'il initie. Les initiations par correspondance sont absolument sans valeur. Ce sont des parodies qui relèvent de la contre initiation.

         Toute organisation traditionnelle authentique est initiatique car son existence postule la perfectibilité de l'homme. Il en résulte également que sur le sentier qui nous ramène au divin, nous sommes nombreux. Comme nous sommes partis à des époques différentes et que nous cheminons à des vitesses variables, certains précèdent de loin les autres.

         Une minorité est même parvenue à franchir les portes de l'Illumination. A ceux-là et à ceux là seulement est réservée l'appellation de Maîtres. Le niveau spirituel qu'ils ont atteint ne peut être que très imparfaitement saisi par les cherchants et les profanes.

         L'illumination est une investiture divine, rarement conférée, mais qui donne à celui qui la reçoit un accès permanent à la Sagesse et aux pouvoirs divins.

         Nous serons clairs : aucun homme politique, aucun banquier, aucun industriel, aucun chef religieux et aucun responsable d'Ordre initiatique n'a atteint le stade de Maître.

         Aussi, est-il puéril d'accorder le moindre crédit aux déclarations de quelques charlatans qui se disent Maîtres. La parodie, le grotesque, le mensonge et le délire verbal, ne sont pas des critères permettant d'établir l'appartenance à la Hiérarchie ou à la Grande Fraternité Blanche (qui regroupe l'ensemble des Maîtres, des Connaissants aux Maîtres Ascensionnés).

         Il va de soi qu'il n'y a pas de Tradition sans Maître, ni de Maître sans Tradition. Aussi toute organisation traditionnelle reconnait-elle sa dépendance de la Hiérarchie et de la seule Hiérarchie.

         Les rapports existant entre la Hiérarchie et les organisations traditionnelles sont source d'interrogations mais aussi d'affabulations. Ils sont régis d'une part par la loi d'Amour qui incite les Maîtres à nous aider et par la loi du respect du libre arbitre qui nous laisse notre entière responsabilité.

         Mais que nul ne s'abuse : la Hiérarchie ne peut servir de paravent aux errements des hommes : si une organisation s'écarte des principes traditionnels il y a automatiquement rupture avec les Maîtres. Les contacts avec ceux-ci ont d'abord lieu psychiquement lors de rituels spéciaux (ce qui exclut le recours à un médium) puis physiquement en des lieux privilégiés au rang desquels on ne range ni les ambassades ni les Hôtels Hilton…

         Les instructions délivrées ont un caractère impersonnel et ne contiennent – faut-il le préciser – rien de contraire à la Sagesse, à la Paix et à l'Amour.

         Jamais les Maîtres n'ont demandé de quitter sa profession, d'abandonner sa famille, de persécuter autrui, de rédiger un testament pour une organisation. Nous croyons utile de donner ces précisions pour que d'aucuns ne se laissent pas abuser par des pseudo Initiés dont les compétences ne vont pas au-delà de l'exercice d'un pouvoir autoritaire et de la recherche de profits matériels.

         Une organisation traditionnelle doit être indépendante de tout parti ou de toute idéologie politique. Pour la simple raison que la Tradition appartient à un plan bien plus élevé que celui des conceptions profanes. Tout manquement à ce principe constitue un renversement des valeurs et confère à l'organisation le caractère d'une secte.

         Certes les Ecoles initiatiques ne sauraient se désintéresser des problèmes de la condition humaine mais leurs prises de position ne peuvent que s'appuyer sur les principes traditionnels (loi d'Amour – loi du respect du libre arbitre).

         En vertu du même principe d'indépendance, une organisation traditionnelle ne peut se placer sous la férule d'une église particulière. Celle-ci n'est qu'une manifestation exotérique de la Tradition et l'ordre des choses veut que l'ésotérisme domine l'exotérisme et non l'inverse. Certes toute organisation Traditionnelle est religieuse puisque la Tradition est de caractère divin. Mais ceux qui rêvent de placer une école initiatique sous l'autorité d'un pape ou d'un imam montrent par là qu'ils n'ont rien compris à la Tradition.

         La présence d'une "autorité" est nécessaire pour assurer au sein d'un ordre Traditionnel, l'harmonie et la réalisation de la mission. Au plus haut degré, elle s'incarne dans un conseil ou un Chapitre assurant une direction collégiale. Cet organisme peut être présidé par un Maître ou un Prieur. Mais le rôle de cet officier est celui d'un coordinateur. Là où il détient un pouvoir absolu, nous sommes en présence d'une secte.

         Tout officier est avant tout le serviteur de ses frères et est tenu au strict respect des principes traditionnels qu'il ne peut modifier. D'où l'impersonnalité de sa fonction. Toute manifestation de celui-ci est un obstacle majeur à l'évolution spirituelle de celui qui s'y livre.

         De même si l'existence d'une règle est souhaitable pour fixer les droits et les devoirs de chacun, les rapports entre les divers organismes, il ne convient pas qu'elle soit de caractère répressif. Loin d'étouffer le dynamisme individuel sous une masse d'interdits, elle doit aider le membre à se libérer, à se perfectionner. Il serait paradoxal qu'une organisation Traditionnelle animée par l'Esprit, cherche à étouffer les manifestations de celui-ci.

∿∿∿∿∿∿∿∿

octcnd

JoomSpirit