Nous contacter

· Une demande?
· une question?
· Vous souhaitez vous abonner?

Rendez-vous dans la rubrique contact.

OEUVRER POUR L'AVENIR

α  OEUVRER  POUR  L’AVENIR  ω

            Aider l’humanité à progresser est un devoir pour tous membre d’une organisation initiatique dont l’action est fondée sur l’idée que l’homme est perfectible.

            Mais lorsqu’on s’attache à cette tâche, on est parfois saisi par le découragement. Il faut faire beaucoup d’effort pour obtenir peu de résultats.

            En fait on n’est pas toujours conscient que l’échelle de l’homme n’est pas celle de l’humanité. Quand nous œuvrons c’est pour l’Avenir. Nous semons, d’autres récolteront, c’est la réponse que fit un jour un connaissant à un responsable d’organisation initiatique qui se plaignait de la lenteur de progression de ses membres :

            « Que t’importe ! Toi tu sèmes et d’autres récolteront. L’évolution de l’Humanité n’est pas à l’échelle d’une vie ».

            Il faut donc :

-          Beaucoup de persévérance

-          Beaucoup de courage

-          Beaucoup d’amour

-          Et j’ajouterai beaucoup de psychologie.

                                                                                              Jean d’Héliopolis

*******

           

            A vous tous, cœurs souffrants, malades et brisés, qui avez besoin d’amour, et qu’on n’aime pas en ce monde mauvais.

            A vous exilés, qui voyagez sur la terre sans y trouver patrie, et qui pleurez en regardant le ciel.

Espérez, mes frères car le consolateur ne tardera pas à venir.

Eliphas LEVY

            En cette période anniversaire des trente ans de la résurgence de l’Ordre du Temple, nous ne pouvions faire autrement que citer celui qui fut à l’origine même de son organisation sur le plan terrestre. Il est évident que seules les forces divines envoient des influx pour suscités chez certains êtres des réflexions profondes et des élans de spiritualité qui les conduiront sur les sentiers de la Tradition Primordiale.

            Jean d’Héliopolis, en ayant reçu spirituellement des consignes pour lutter contre les formes négatives et destructrices qui émergeaient des pseudo-résurgences templières se consacra à cette tâche ardue mais au combien essentielle pour l’avenir proche de l’humanité.

            Si cette dernière phrase semble démesurer ou prétentieuse à quelques uns, sachez que devant l’ampleur du travail à accomplir et devant les dangers engendrés par des hommes ayant perdus tout contact avec les puissances divines, celle-ci prend toute son importance, car, au même titre que nous ne regardons pas une seule fois en direction du soleil au cours d’une journée ordinaire, celui-ci nous donne malgré tout la vie chaque jour qui passe.

            Lors de la déferlante des résurgences templières impulsés par les forces divines pour préparer l’arche qui portera les valeurs traditionnelles aux générations futures, il était nécessaire que celles-ci soient épurées des pseudos résurgences ou sectes opportunistes, et fassent naître un certains nombres d’organisations dignes de participer à cette noble tâche devant Dieu.

            Nous ne ferons pas ici l’historique des soubresauts que la réapparition des Ordres Templiers à généré dans les milieux occultistes, mais rappellerons, en faisant une mise au point concernant notre organisation, que le hasard n’existe pas. Il fallu, par choix d’ordre divin, que cette tâche incomba à une personne bien placée pour lutter contre le phénomène sectaire que la re-naissance des ordres templiers allait provoquer. Jean d’Héliopolis a été amené à enquêter dans les milieux templiers, de par son statut profane d’agent de renseignement, pour y découvrir les méthodes de recrutement sectaire et démasquer les agents de la contre initiation animés par des buts mercantiles.

            A la suite des tristement célèbres épisodes et catastrophiques dénouements des affaires de l’Ordre du Temple Solaire, qu’il avait par ailleurs infiltrés, et animé lui-même d’une soif de véritable quête spirituelle, il prit l’initiative de jeter les bases d’un Ordre Templier Authentique voué à la sauvegarde de la Tradition Primordiale. Certes il existe un certains nombres d’organisations ayant choisi de se consacrer à cette vaste mais divine entreprise. Son attachement aux valeurs spirituelles authentiques le mèneront à suivre la voix sacerdotale et sera consacré évêque en le 18 Mars 1985.

            Jean d’Héliopolis jeta les bases d’une organisation spirituelle authentique en respectant les modalités de la résurgence qui se déroula simultanément en la cathédrale Saint Etienne de Bourges et à Jérusalem le 27 Décembre 1984. Il suivi en cela scrupuleusement les directives des Connaissants avec qui il avait des contacts réguliers. Sa passion pour l’œuvre templière n’a d’égale que le travail acharné qu’il conduira avec les frères et sœurs templiers des premiers jours pour construire les fondations de l’Ordre actuel. 

            Aussitôt, le succès de l’œuvre ainsi entreprise attira les convoitises (but affiché parallèlement dans le cadre de la lutte contre les pseudos spiritualités et les sectes, qui était de démasquer les manipulateurs et les empêcher de nuire) et révéla des agissements visant à récupérer les structures de l’Ordre et les déplacer de leur lieu initiales. Ce fut le triste épisode de l’affaire de la scission avec la Belgique qui se solda par une désaffection des membres écœurés par de tels agissements au sein de structures initiatiques sensées refléter une fraternité sans tâches.

            Il faut avouer que l’Ordre a eut beaucoup de mal à se relever d’une telle secousse, mais sans doute fallait-il à ce moment précis de son histoire que celui-ci soit épurer des membres indignes de son œuvre. Dans un tel contexte vous comprendrez que certains membres n’hésitèrent pas à se disputer l’héritage spirituel de Jean d’Héliopolis lorsque celui-ci disparu en 1991. Attitude indigne de Frères Templier sur le sentier.

            L’un d’eux n’ayant pas hésité à se présenté comme Grand Maître de l’Ordre des Chevaliers du Temple du Christ et de Notre Dame lors d’un entretien devant la commission parlementaire Belge sur les sectes. Nous rappelons que l’appellation « Grand Maître » n’est jamais utilisée dans nos structures car elle témoigne d’un manque d’humilité et fait montre d’orgueil notoire pour qui l’arbore.

            L’Ordre a énormément souffert de cet épisode, comme s’il devait souffrir la Passion du Christ afin de re-naître dans son corps glorieux aux yeux des hommes. Mais après une accalmie salvatrice, les membres se remobilisèrent afin de continuer l’œuvre entreprise en 1984 (œuvre élaborée, rappelons-le, par une période de 22 années de préparations – du 5 Février 1962 au 27 Décembre 1984) car il ne s’agit pas ici d’une quelconque association humaine, mais d’une mission divine inhérente à la bonne volonté des hommes et à leur Amour pour leurs semblables.

            Notre Ordre a souffert corps et âme durant des années, mais jamais dans l’Esprit. La persévérance et l’attachement aux valeurs Traditionnelles et Christiques donnent raison à ses membres d’un tel dévouement. Nous avons eu, pour les plus anciens des membres, la joie et l’honneur, car s’en est un, de côtoyer des êtres d’une exceptionnelle présence spirituelle, d’une érudition toute aussi exceptionnelle et d’un Amour désintéressé pour leurs semblables.

            Rencontrer de tels êtres humains, que nous qualifions de « Grandes Ames » est un privilège sur le sentier et nous souhaitons à chacun de croiser un jour le chemin d’un Frère ou d’une Sœur qui marquent à jamais leur vie par un Amour inconditionnel de Dieu et de la Création.

            Nous nous devons de rappeler en cette période anniversaire en quoi consiste la mission  de l’O+C+T+C+N+D+ dans les périodes troublées que nous traversons en ce début de XXIe siècle :

            C’est parce que les religions de notre monde sont des prisons à ciel ouvert et que les sectes sont des prisons fermées que nous devons instruire nos frères humains en toute humilité. Nous les invitons à porter un regard différent sur le monde qui les entoure. La vision qui se dégage des fatras de nos sociétés est une vision horizontale et donc critique qui nous enferme ou bien nous isole du monde et réduit notre capacité à vouloir changer les choses. Nous devons enseigner comment regarder l’humanité avec compassion dans la verticalité qui est une attitude non réductrice mais ouvrant nos consciences à la présence divine en toute chose.

            Les temps actuels ne sont plus à la recherche d’éventuels responsables des maux de notre monde, pour lesquels, d’ailleurs, nous avons tous inconsciemment une part active, mais ceux-ci sont propices à une ouverture d’esprit basée sur la confiance et l’ouverture vers les puissances divines. Notre mode de vie et notre mode de fonctionnement sociétal ont atteint, semble-t-il, leurs limites en cela qu’ils inhibent la possibilité des hommes de choisir librement ce qu’ils doivent dire, faire ou penser. Le matérialisme rassemble ces facultés au sein d’un mode unique de fonctionnement pour transformer les êtres humains en moutons sages et dociles faisant les bonnes volontés de leur berger. En l’occurrence, il dépend du libre arbitre des hommes de choisir le bon berger pour faire de leur vie une action de grâce ou un calvaire.   

            Il est dans les habitudes de beaucoup d’êtres humains de se tourner vers Dieu uniquement quand tout va mal. Pourquoi ne pas agir de façon préventive en sollicitant son intervention pour ramener les hommes à la raison. C’est ce à quoi s’emploient les croyants fervents de part le monde. Mais pour agir durablement, il ne suffit pas de prier uniquement dans ce sens, il est nécessaire de rassembler les bonnes volontés pour former un égrégore capable de repousser les assauts des forces démoniaques d’ici-bas et de demander par la prière le retour du Christ prévu par les écritures, dont nul en ce monde ne connaît la date ni le lieu, ni même la façon dont son retour s’opèrera.

            Hélas les hommes croient en grande majorité qu’ils ne vivent qu’une seule et unique fois, et s’en servent de prétexte à une vie dissolue. Ce sont les conséquences directes de l’ignorance de ceux qui devaient enseigner et transmettre le savoir universel. Mais, comme nous l’avons dit auparavant, le temps n’est plus à la critique mais seulement au constat. Ce dernier nous permet de jeter les bases de l’Eglise de demain, une Eglise Universelle apurée des contre-vérités et des fastes d’antan pour laisser place à la Fraternité et à l’Amour du prochain.

            Cette Assemblée sera l’Eglise Johannite, seule capable d’initier la préparation du retour Christique. Souvenez-vous de la communauté essénienne dont Saint Jean le Baptiste était issu, lui qui baptisa l’Agneau de Dieu dans les eaux du Jourdain. Les temps sont propices à cette préparation. C’est ce à quoi s’emploient les Frères et Sœurs Templiers qui jettent les bases de cette Fraternité.

            Imaginez un instant l’Eglise de demain dessinée en filigrane sur fond d’un ciel de pur azur. Le bâtiment formé d’un volume cubique surmonté d’une pyramide, le tout de couleur grisâtre, s’élève de la terre au ciel. Une échelle s’étend sur toute sa hauteur et les êtres qui s’y trouvent la nettoient de ses impuretés depuis la base en remontant. Ils progressent lentement mais sûrement. Ils ne sont pas seuls ; sur la partie haute de l’édifice, des êtres vêtus de robe blanche s’activent également à la même tâche dans le sens descendant. Cette scène laisse présager que chaque effort sur le plan terrestre reçoit un écho du plan céleste.

            Nous ne traversons pas les épreuves sans soutien. L’effort doit rester constant pour garder et honorer l’assistance de la Hiérarchie Invisible et la présence du Christ là où les hommes se rassemblent en son Nom.

            Voilà en quoi consiste l’œuvre templière à la charnière du changement d’ère zodiacale. Malheureusement ce changement s’effectuera, comme toute naissance dans la douleur de l’enfantement. Selon les lois cycliques de l’univers qui nous entoure, le point de non retour est atteint et le passage par une première tribulation apocalyptique est inéluctable.

            Nous avons tous participé de près ou de loin au déclin de notre civilisation, comme l’on fait les peuplades des civilisations ayant vécues sur terre avant nous. Mais le repentir est comme le miel, s’il est doux et vrai il plaira à Dieu que les jours de la tribulation soient écourtés.

            A la lumière des enseignements christiques il nous faut Penser, Parler et Agir comme le Christ le fît durant sa vie terrestre. C’est dans son exemple que l’humanité peut se réaliser.         Pour appréhender les événements futurs, nous ne saurions trop vous recommander d’étudier la Cyclologie qui est une discipline traditionnelle et d’étudier les écrits de l’apôtre bien aimé du Christ, Saint Jean l’Evangéliste dont l’Evangile recèle un condensé de la véritable doctrine chrétienne. (Etudier l’Evangile Esotérique de Saint Jean, de Paul Le Cour, édition Dervy)

            Enfin, pour clore cet article célébrant le trentième anniversaire de la résurgence de l’Ordre du Temple, l’ O+C+T+C+N+D+ ne peut passer sous silence l’ouvrage de Jean d’Héliopolis « Le Christianisme à l’heure du Verseau » qui démontre comment et pourquoi l’Ordre du Temple doit exister aujourd’hui et remplir la mission de préparation de retour du Christ sur terre.

Marana Tha ! Reviens Seigneur, Reviens !

octcnd

JoomSpirit