octcnd 2023 750

Chevalerie Templière Traditionnelle

Ordre des Chevaliers du Temple, du Christ et de Notre Dame

Informations sur l'octcnd

CHEVALERESQUE

L’Ordre du Temple est Chevaleresque

Une de ses fonctions est de conférer les grades de Chevalerie. Son combat est spirituel. Notre Glaive à deux tranchants est dans notre bouche, c'est le glaive de la parole de Dieu, et c'est par nos paroles et nos actions qu'on nous jugera. La Chevalerie du Temple est sur terre l'image de la milice céleste dont le chef est Saint-Michel Archange protecteur de l'Ordre du Temple.

La Chevalerie Templière, reflet de la Chevalerie Céleste, symbolise la lutte que nous devons mener contre l'erreur spirituelle. Un des maux dont souffre le langage de nos contemporains réside dans le manque de précision du vocabulaire qu'ils utilisent pour traduire leurs idées et leurs sentiments. Les mots sont rarement usités dans leur véritable sens, et c'est sans doute une des raisons pour lesquelles l'esprit chevaleresque est confondu :

- avec le fair-play sportif
- avec l'héroïsme du sauveteur
- avec le dévouement du médecin
- avec la courtoisie de l'homme du monde.

Certes, l'esprit chevaleresque se manifeste par un certain nombre de qualités ( le courage - la volonté - l'honneur - le respect des engagements - la protection accordée aux faibles - la défense de la justice - la fidélité - la courtoisie - la foi ).

Mais la Chevalerie est plus que l'accumulation de toutes ces qualités : elle est la présence terrestre et militante de la Religion et de la Tradition. Etant au service de Dieu, la Chevalerie a pour mission de favoriser l'évolution spirituelle de l'humanité vers le Divin. Elle est un agent de Transmutation Spirituelle de cette humanité  ( d'où ses concordances avec l'Alchimie ).

Essayons maintenant de mieux discerner la Chevalerie Profane, la Chevalerie Religieuse et la Chevalerie Traditionnelle.

La plus grande confusion règne dans l'esprit de nos contemporains quant à l'origine, la vocation et la finalité de la Chevalerie. Il n'est donc pas inopportun de tenter de clarifier cet important dossier, en rappelant, d'entrée de jeu, qu'il existe trois sortes de Chevalerie : La Chevalerie profane, la Chevalerie religieuse et la Chevalerie Traditionnelle.

1 - La Chevalerie Profane  (ou Laïque) :

Plusieurs origines sont avancées par les historiens : germanique, grecque, romaine, orientale... Une chose est sûre : la Chevalerie profane est issue de la classe des guerriers. En occident, elle s'épanouit au sein des structures que lui offre la noblesse.

Trois classes rythment alors la vie médiévale : celle des paysans, celle des clercs et celle des seigneurs. La première classe, par son labeur, assure la subsistance des deux autres qui en échange, lui assure - du moins théoriquement - une vie culturelle et spirituelle (sous la responsabilité des clercs) et une protection armée (responsabilité des guerriers). La Chevalerie profane a donc une vocation défensive et brutale (on arrête l'agression ou on la dissuade par l'utilisation ou la démonstration de la force).

2 - La Chevalerie Religieuse  (parfois appelée improprement Mystique) :

Fondée ou inspirée par des "hommes de Dieu" (prêtres, prophètes), cette Chevalerie utilise la vocation défensive et brutale de la Chevalerie profane pour la mettre au service d'un projet religieux. Les guerriers qui se mettent au service du prophète Zoroastre s'efforcent "d'établir le règne de Dieu et de la justice en chaque maison, chaque cité et chaque province", nous disent les Gâthas. Ils veulent assurer la victoire du Bien (AHURA MAZDA) sur le Mal (AHRIMAN), comme cela est prévu à la fin des temps. Le combat de la Chevalerie zoroastrienne se place donc dans une perspective eschatologique.

C'est pour aider à la reconquête des Lieux Saints que l'Eglise Catholique médiévale suscite, protège, arme les Chevaliers Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, les Chevaliers du Temple, les Chevaliers Teutoniques, les Chevaliers du Saint-Sépulcre, les Chevaliers Porte-Glaive... C'est pour évangéliser les peuples païens de Moravie que Christian, évêque cistercien de Prusse, fonde la Milice du Christ de Dobrzin... C'est en l'honneur de l'apôtre Jacques, et pour protéger les pèlerins se rendant à Compostelle, en Galice, que des laïcs demandent aux moines de Lerio de les aider à jeter les fondements de l'Ordre de Saint-Jacques de l'Epée, approuvé par un bref du Pape Alexandre III (en 1175) et par Innocent III (en 1200).

3 - La Chevalerie Traditionnelle :

C'est la forme la plus pure, la plus parfaite, la plus complète que puisse revêtir la Chevalerie. Elle est le canal par lequel se répand la Connaissance, la Gnose, la Sagesse Immuable. Elle est Universelle. Elle n'a ni commencement ni fin (elle existait avant la Chute Adamique et sera présente dans la Jérusalem Céleste). Couronnement, sublimation des diverses formes chevaleresques existant dans le monde, elle agit :

a) Sur la chevalerie profane en l'aidant à se transcender : on lui doit le rituel d'adoubement aux XIe et XIIe siècles (bain purificateur, veillée en prières dans la chapelle, bénédiction de l'épée), la codification des valeurs et vertus chevaleresques (protection de la veuve et de l'orphelin, loyauté, vaillance, respect de la parole donnée, humilité, etc...).

b) Sur la chevalerie religieuse en la dotant, à l'instar de certaines composantes de la chevalerie profane (Ordre de l'Etoile, Ordre de la Toison d'Or, Ordre de Saint-Michel), de cercles intérieurs où se perpétue le Johannisme, où l'ésotérisme chrétien est étudié, où les disciplines traditionnelles sont préservées et enseignées.

Difficile de ne pas citer le cas de l'ancien Ordre du Temple (fondé par des initiés johannites et protégé par Saint-Bernard). Evidemment, lorsque des "fuites" se produisent, l'action des religions exotériques ne se fait pas attendre : persécutions, bûchers se succèdent (Martyre de Jacques de Molay, 22e Maître de l'ancien Ordre du Temple) pour mettre fin à une situation contrariant le monopole des dites religions.

Placée sous la direction des Maîtres gardiens de la Tradition, la Chevalerie Traditionnelle suscite la création d'ordres chevaleresques autonomes à caractères initiatique, religieux, fraternel, dotés d'une hiérarchie initiatique et d'un clergé indépendant des religions exotériques (c'est le cas de l'O+C+T+C+N+D+ fondé le 27 Décembre 1984 à Jérusalem) et l'émergence de cénacles ou chapitres chevaleresques au sein des grands mouvements initiatiques : Stricte Observance Templière (XVIIIe siècle), hermétiques rosicruciens (XVIIe siècle), initiés martinistes (XVIIIe et XIXe siècles).

Elle tient compte pour cela de la Loi des Cycles, de la dette karmique de l'humanité et des impératifs du Plan Divin.

Conclusion :

Force est de constater que la chevalerie profane se réduit de nos jours à une représentation honorifique : Ordre de Calatrava, Ordre du Christ (décerné pour services exceptionnels rendus à la République portugaise), etc... .

La chevalerie religieuse contemporaine est surtout une chevalerie mondaine. Une chevalerie d'apparat liée à la haute bourgeoisie et à la noblesse, totalement inféodée au Vatican. L'Ordre équestre du Saint-Sépulcre est dirigé par le cardinal de Furstenberg, successeur du cardinal Tisserant. Sa branche française a longtemps été dirigée par le prince Xavier de Bourbon Parme.
L'Ordre Souverain, Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte poursuit des actions charitables, délivre des décorations (enregistrées régulièrement à la grande chancellerie de la Légion d'honneur) et organise des cérémonies fort prisées du Tout-Paris dans la luxueuse salle des Croisades du château de Versailles.

La Chevalerie Traditionnelle, contrairement aux chevaleries profane et religieuse, ne tire sa légitimité ni des gouvernements ni des religions exotériques.

Si l'aide de ceux-ci est parfois enregistrée de façon positive dans la mise en place des structures matérielles d'un ordre chevaleresque à vocation traditionnelle (occultée pour raisons de sécurité compréhensible au Moyen-Age : Comtes de Champagne, concile de Troyes - en 1128 -) pour l'ancien Ordre du Temple, elle est toujours secondaire et limitée et cette aide n'est jamais payée en retour par un quelconque asservissement.
L'Ordre du Temple est tombé - pour cause d'indépendance d'esprit et d'action - sous les coups conjoints que lui assénèrent des gouvernants (Philippe le Bel et ses légistes) et un pape (Clément V).

Les seules autorités morales compétentes pour juger de l'orthodoxie traditionnelle d'un ordre chevaleresque se plaçant, dès sa fondation (ou sa résurgence, comme c'est le cas de l'O+C+T+C+N+D+), en dehors des limites nécessairement étriquées de la chevalerie profane et religieuse, sont les Maîtres Gardiens de la Tradition. Car la légitimité d'un ordre chevaleresque se réclamant de la Tradition ne saurait dépendre, cela va de soi, d'un décret gouvernemental ou d'une bulle pontificale... Une telle légitimité s'acquiert par le respect de prescriptions temporelles (date - heure), spatiales (lieu) et rituéliques en ce qui concerne la fondation et le respect des principes traditionnels en tous lieux et en toutes circonstances pour ce qui est de l'action.

Cette Chevalerie Christique implique également la nécessité des connaissances symboliques de l'Héraldique ou science du Blason, sujet vaste et complexe qui permet de saisir les rapports existant entre elle et les disciplines Traditionnelles et en particulier l'Alchimie !

INITIATIQUE

L’Ordre du Temple est Initiatique

Le processus est l'enseignement et le travail sur soi qui nous donnent les moyens de parvenir à l'épanouissement de la Lumière Intérieure. Cela implique des efforts pour maîtriser ses sens - ses mauvaises habitudes - le cheval de ses passions ! Il faut aussi étudier pour comprendre, et modifier sa manière de vivre et de penser. En fait, l'étincelle reçue n'est qu'un point de départ, et c'est par ses pensées, ses paroles, et ses actions que l'individu progresse, ou ne progresse pas ! La purification des corps demande une vie harmonieuse, un équilibre entre la nature, l'homme et le Divin.

L'Initiation est l'ascension au Divin. ( Entrer dans le cœur de Dieu et faire entrer le cœur de Dieu en nous : Louis-Claude de Saint-Martin ). L'Initiation n'est pas un processus passif, mais un processus actif. Une fois reçue, l'Initiation n'est encore que virtuelle. Elle doit être valorisée par un travail personnel puisque chacun porte en lui son propre Maître !  L'initiation transmet une influence spirituelle, " ce qui peut s'enseigner ne sont que les méthodes préparatoires ". L'initiation n'enseigne donc pas une doctrine. L'initiation fait naître un processus irréversible. Une fois atteint, l'état d'initié est acquis et devient permanent ! Rien ne saurait l'effacer.

L'initiation est donc un processus par lequel nous nous éveillons à la lumière, nous accédons au Divin qui est en nous et nous naissons ainsi à l'Esprit. Le contenu de l'initiation est garanti par la chaîne initiatique qui relit tout Maître à son disciple et à l'origine au souffle Divin. Tout initié est ainsi relié au Centre Primordial ! C'est l'existence de cette chaîne initiatique qui restitue aux grades leur sens cosmique, et aux rites leur force magique.

La voie initiatique est longue, laborieuse et peut s'étaler sur plusieurs vies d'où l'existence d'une hiérarchie dans toutes les organisations initiatiques. Cette action invisible est symbolisée dans le langage traditionnel par l'épanouissement d'une Rose ou d'un Lotus ! le sens de la réalisation spirituelle n'est pas orienté vers l'humain, mais vers le Divin. La voie initiatique n'est pas la soumission à un homme, c'est l'acceptation volontaire de la Lumière, de la Paix, et de l'Amour de Dieu.

Le Chevalier doit être un Pont entre le Ciel et la Terre ! L'enseignement initiatique de l'Ordre est ouvert à tous, sans considérations raciales, nationales, politiques, sociales, professionnelles, ou de sexe. Mais pour en bénéficier il faut être Digne, et à cet effet il est prévu une période de probation de 27 mois, où chaque mandement écrit doit faire l'objet d'un rapport. Ce n'est qu'au terme de cette période que le membre peut alors accéder à l'enseignement oral dispensé en Maison et aborder l'étude exhaustive des caractères fondamentaux de la Tradition. Cet enseignement oral couvre les trois cercles successifs de l'Ordre :

1 - Le cercle des frères Servants dans lequel on est introduit par la cérémonie de réception au grade de Frère Servant qui marque aussi la véritable entrée dans le Temple. La durée des études est de deux ans minimum.

2 - Le cercle des frères Ecuyers dans lequel on est introduit par l'initiation au grade d'Ecuyer. La durée des études y est également de deux ans minimum.

3 - Le cercle des frères Chevaliers dans lequel on est admis par l'initiation ou adoubement au grade de Chevalier et après avoir prononcé les vœux ( de pauvreté, de pureté et d'obéissance ).

Pour acquérir les grades de Servants, d'Ecuyers et de Chevaliers, il est nécessaire de suivre régulièrement les enseignements et d'effectuer un travail personnel valorisant les initiations reçues. Seule l'accession au grade de Chevalier permet de parvenir à la Connaissance des Arcanes Majeurs (dont l'Alchimie Opérative).

Les mandements de la période de probation constituent une introduction aux études orales faites en Maisons, mais ces notions préparatoires de base sont déjà d'une très grande importance. Les thèmes traités comme : la Tradition - l'Initiation - la Chevalerie - le Graal - l'Ordre Ancien du Temple - présentent un ensemble de connaissances d'une portée considérable, dont le niveau est bien souvent plus élevé que celui atteint dans d'autres organisations ésotériques au terme de périodes beaucoup plus longues. Disons, pour être clair, que les mandements évitent tout superflu, et ne traitent que de la partie vitale et essentielle de l'enseignement.

Des travaux – exercices, introspections, méditations, prières, sont également proposés aux membres qui reçoivent également et en plus, un bulletin mensuel d'un grand intérêt, ainsi que des cours de Liturgie, Théologie et Catéchisme ! Il est facile de constater déjà l'importance de la structure initiatique de l'Ordre depuis la période de probation avec ses enseignements écrits jusqu'aux études orales des Arcanes Majeurs : Alchimie pratique et théorique - Astrologie Sacrée – Kabbale etc…

RELIGIEUX

L’Ordre du Temple est Religieux

L'Ordre du Temple est un Ordre Religieux, sans être inféodé à une Eglise exotérique. Ce caractère est spécifié dans ses statuts et rappelé dans la plupart de ses publications (bulletins - cours - plaquettes - mandements). Cette affirmation, qui ne présente aucun caractère sensationnel, heurte certains membres habitués à lire dans les brochures d'autres ordres initiatiques leur caractère non religieux. Pourtant il parait évident qu'un ordre initiatique et traditionnel ne peut être que religieux. Si on se réclame de la Tradition, émanation de la Sagesse Divine, il nous parait difficile de mettre Dieu entre parenthèses. Il y a contradiction entre se présenter comme une émanation de la Tradition et affirmer son caractère non religieux.

Les Ordres et les Groupes qui se réclament de la Tradition sont nécessairement religieux. A moins qu'ils ne voient dans la Tradition qu'une Sagesse humaine qui s'est perfectionnée au cours des siècles. Dans ce cas, ces ordres ne sont ni Traditionnels ni Initiatiques mais des associations culturelles.
D'autres associations s'affirment non religieuse dans le but de faciliter leur recrutement. Nous considérons qu'elles commettent une faute grave vis à vis des postulants en masquant l'un de leurs caractères.
La Religion est non seulement ce qui relie l'homme au Divin mais ce qui fait participer l'homme au Divin. Ici nous devons faire une très sévère mise en garde. Dans la plupart des religions actuelles, le laxisme le plus effarant règne.

Il suffit de recevoir quelques bénédictions, quelques enseignements et surtout de se dire Chrétien, Musulman, Bouddhiste pour se croire arrivé à Dieu. Or la voie initiatique est longue, ardue, semée d'embûches. On ne saurait donc se contenter de quelques manifestations extérieures. La Religion mobilise l'Homme tout entier et subordonne toutes les activités de ce dernier à la recherche du Divin. L'homme engagé dans la voie religieuse doit non seulement approfondir sans cesse ses connaissances, il lui faut aussi les intégrer à son être et mettre ses pensées et ses actes en harmonie avec son idéal : "Il y aura beaucoup d'appelés mais peu d'élus ". Si la Religion est ouverte à Tous, peu sont capables de mener à bien la réalisation. Nul ne devient un Saint en une seule vie, plusieurs incarnations sont nécessaires.

L'Ordre du Temple est non seulement religieux mais il est Chrétien. Cette seconde affirmation parait choquer certains de nos contemporains pour la simple raison qu'ils ignorent tout du Christianisme. Nous y reviendrons. D'autres veulent bien que l'on soit religieux mais pas Chrétien. Et de nous critiquer au Nom de l’œcuménisme !

Il est de fait qu'il existe à la surface de notre planète un grand nombre de religions ayant au moins un point commun : la Croyance en un Dieu Unique. La plupart de ces religions ont été inspirées par Dieu. Elles sont donc éminemment respectables. Une seule religion, le Christianisme, a été fondée par Dieu lui même, en la personne de son Fils Jésus Christ. Le Christianisme n'a pas, si l'on en croit son fondateur, la vocation d'abolir mais d'accomplir. Il se situe donc à un niveau supérieur aux religions précédentes.

Mais cette situation ne peut justifier l'intolérance poussée jusqu'à la persécution. Elle implique aussi qu'il n'est pas possible de créer une religion nouvelle en faisant des moyennes, des concessions réciproques. Un ersatz composé d'éléments empruntés à des religions diverses n'aurait aucune consistance et ne susciterait aucun engouement des masses. Elle ne serait que la caricature d'une religion.
Si la confusion des dogmes et des rites est à rejeter, des relations fraternelles peuvent exister et beaucoup de travaux peuvent être réalisés en commun. Naturellement, cette attitude fraternelle ne peut être étendue vis à vis des sectes qui exploitent la crédulité humaine à des fins économiques ou politiques. D'où la nécessité d'une certaine vigilance.

Par ailleurs, il est parfois difficile de distinguer sectes, ordres et religions. La définition classique de la secte : " Ce qui se détache d'une confession principale " n'est pas valable. La secte se caractérise par le pouvoir absolu du Maître ou du Chef religieux, par l'étouffement de la personnalité, par l'impossibilité d'exercer le libre arbitre, par des contraintes physiques et psychiques, par l'exploitation des membres, par des buts qui n'ont rien de spirituels (finances, politiques).

L'Ordre du Temple est Chrétien : mais pour beaucoup de nos contemporains le Christianisme s'identifie avec l'Eglise Catholique Romaine et avec elle seule. Il s'agit là d'une très grave confusion. Certes nos contemporains ne sont pas sans excuses. Les médias qui se donnent pour mission d'informer ne manquent pas de décerner au Pape Jean-Paul II le qualificatif de " Chef de tous les Chrétiens " alors qu'il n'est le chef que de l'Eglise Catholique Romaine. Les historiens feignent d'oublier que la première église des Gaules n'était pas romaine mais Gallicane et qu'elle n'était pas une émanation de l'Eglise Romaine mais découlait des églises orientales ! Bref, tout est fait - soit par ignorance, soit par dessein - pour encourager la confusion.


Le Christianisme ne peut se définir qu'en référence à l'Eglise primitive qui gardait fidèlement les enseignements du Christ et des Apôtres. Mais avant d'aller plus loin il faut préciser que « catholique » signifie « Universel » et que l'Eglise Catholique n'est pas un critère propre uniquement à l'Eglise Romaine car l'Eglise  Orthodoxe se définit aussi par " l'Eglise Une, Sainte, Catholique et Apostolique ".
L'Eglise est née de la Volonté du Christ. Comme Corps du Christ, organisme dont la tête est dans les cieux, l'Eglise a été fondée à l'Ascension. Mais comme Réceptacle du Saint-Esprit, comme lieu de la déification des hommes et du cosmos, elle a été fondée à la Pentecôte. L'Eglise apparaît donc comme une réalité divino-humaine chargée d'assurer le salut de l'humanité.
L'Eglise est aussi une institution. Sa structure est postulée par sa réalité sacramentelle. Seule la succession apostolique de l'épiscopat atteste que le Seigneur reste parmi nous dans les sacrements.
L'Ordre du Temple est dans l'Eglise. Et c'est un Ordre de l'Eglise.
Comme l'Eglise, il n'a pour Maître que le Christ. Il se place sous la protection de Notre Dame et sous le patronage de Saint-Jean le Baptiste et de Saint-Jean l'Evangéliste.

L'Ordre du Temple reconnaît, sans exception, tous les dogmes de l'Eglise primitive, tels qu'ils ont été formulés par le Christ et par les Apôtres et explicités par les Pères de l'Eglise :

- Croyance en un Dieu Unique, Immanent et Transcendant à la création.
- Croyance en un Dieu Unique en Trois personnes (Père, Fils, Saint-Esprit)
- Croyance au fait que Dieu a créé le Monde et tous les êtres vivants y compris l'homme.
- Affirmation que l'homme est composé d'un corps, d'une âme et d'un esprit et de la non-identité de l'âme et de l'esprit.
- Affirmation que la nature humaine et le cosmos ont été déchus par la faute Adamique.
- Croyance en l'Incarnation du Christ, proclamée par les prophètes, promise par Dieu, dans le sein de la Bienheureuse Marie.
- Affirmation que le Christ, Seconde Personne de la Sainte Trinité possédait après son incarnation, une nature divine et une nature humaine.
- Affirmation que la Vierge Marie est Mère de Dieu et Mère des Hommes. Qu'ayant permis l'incarnation elle est co-rédemptrice et avocate de l'humanité.
- Croyance en son Immaculée Conception et en son Assomption.
- Croyance que le Christ, par sa Mort, par sa Résurrection et par son Ascension a régénéré la nature humaine.
- Croyance dans le Retour du Christ (Parousie), dans l'établissement du Millenium, dans le Jugement Dernier et dans l'entrée des élus dans la Jérusalem Céleste : cette régénération de l'état primordial (Paradis Terrestre) s'accompagnant d'une régénération du Cosmos.
- Affirmation de l'origine divine de l'Eglise (consacrée à la Pentecôte) chargée de perpétuer les enseignements et l’œuvre du Christ (par les sacrements) afin d'assurer le salut de l'humanité.
- Affirmation des notes de l'Eglise : Une, Sainte, Catholique et Apostolique.
- Affirmation que toute église locale présidée par un évêque successeur des Apôtres, manifeste en plénitude l'Eglise Universelle.
- Affirmation que toutes les églises locales s'identifient dans le Corps du Christ que chacune manifeste. Leur communion est une consubstantialité eucharistique conditionnée par l'Identité de la Foi. Cette communion se manifestant dans le collège épiscopal, image du collège Apostolique.

A ces dogmes, l'Ordre du Temple ajoute, en se fondant sur les témoignages des Pères de l'Eglise des IIe, IIIe, IVe et Ve siècles :

1°) L'affirmation de l'existence d'un ésotérisme chrétien (Johannisme) destiné à approfondir les enseignements exotériques de l'Eglise. Cet ésotérisme est donc complémentaire de l'exotérisme et ne peut s'opposer à lui. Il ne peut davantage s'y substituer. Cet ésotérisme est la conséquence logique du fait que la qualité de chrétien est un " devenir " acquis par un effort personnel au sein de l'Eglise. L'état de chrétien est toujours perfectible car seul Dieu est parfait.

2°) La croyance en  la réincarnation des âmes enseignée par l'Eglise primitive et exigée par la Justice Divine. Ce qui exclut les peines éternelles de l'enfer (qui n'ont jamais été admises par les sept premiers conciles et qui ne sont qu'une interprétation abusive de l'opinion de l'Empereur Justinien).

Bien entendu l'Ordre du Temple considère la loi d'Amour comme le premier et le plus grand des commandements formulés par Notre Seigneur Jésus Christ.
Nous tenons à faire une dernière mise au point consacrée à la Religion dans l'Ordre du Temple, abordant avec la plus grande franchise nos rapports avec l'Eglise Romaine.

Présentement, en Europe Occidentale, l'Eglise Romaine apparaît comme le groupe religieux le plus important se réclamant du Christianisme. C'est là un fait incontestable. Par ailleurs l'Eglise Romaine occupe encore une position importante et privilégiée dans le contexte social et politique  et dans l'esprit de nos contemporains. Certains nous conseillent donc de nous rapprocher d'elle pour bénéficier de son appui. D'autant que le premier Ordre du Temple avait reçu de l'Eglise Romaine de très nombreux privilèges.

L'Ordre du Temple médiéval fondé le 27 décembre 1118 à Jérusalem est issu d'un Ordre initiatique qui lui était préexistant. Et lorsque les neufs chevaliers ont créé l'Ordre, ils n'avaient pas demandé l'aval de l'Eglise. Ils avaient suivi les instructions des Connaissants. Bien plus, lorsque les chevaliers, comprenant qu'ils leur étaient impossible de se développer sans la bénédiction du Pape, s'adressèrent à Rome, ils ne furent pas reçus à bras ouverts. Ils ne trouvèrent aide et appui qu'auprès de Saint-Bernard, Abbé de Clairvaux et initié druidique.

On peut dire que l'Ordre du Temple dût beaucoup à Saint-Bernard qui n'hésita pas à convoquer en 1128 un Concile à Troyes pour lui donner une règle. Les Pères Conciliaires montrent qu'il s'agit d'un Concile Régional et que ses participants sont plus ou moins liés à Saint-Bernard.
Par ailleurs la plupart des privilèges concédés ensuite par les Papes le furent par d'anciens Cisterciens. Il est donc inexact de dire que l'Ordre du Temple ait été aidé par l'Eglise. Disons qu'il a bénéficié d'une aide d'une partie bien définie de l'Eglise. Certes, théoriquement, l'Ordre dépendait de Rome, mais pratiquement les Templiers n'en faisaient qu'à leur guise. Aussi les relations de l'Ordre avec Rome et avec le Clergé Séculier n'étaient pas toujours bonnes...

Vint l'année 1307. Le Roi de France, Philippe le Bel, après avoir acheté la complicité du Pape Clément V (en favorisant son élection) arrête tous les Templiers du Royaume, pour s'emparer de leurs biens.

Non seulement Clément V apporte son appui à l'action de Philippe le Bel, mais il réunit un Concile à Vienne en 1312 pour " éteindre l'Ordre ". Les Pères Conciliaires n'ont pas eu à discuter beaucoup des Templiers puisqu'on leur intima l'ordre de se taire sous peine d'excommunication ! Les récentes mises en garde contre la Franc-Maçonnerie sont là pour nous rappeler que l'ésotérisme n'a pas droit de cité dans l'Eglise Romaine.

Nous savons de bonnes sources que Rome surveille de très près la Résurgence de l'Ordre du Temple. Mais toutes ses manœuvres (récupérations d'ordres existants - créations de pseudo-ordres) ont échoué. Il va de soi que nous sommes encore assez lucides pour ne pas nous placer sous la protection pontificale qui ne manquerait pas de nous étouffer.

D'autant que l'histoire de la chrétienté nous montre comment s'est édifié, au fil des siècles, le pouvoir monarchique pontifical dont le plus beau fleuron est l'infaillibilité proclamée en 1870. Peu à peu, les évêques de Rome, usant de tous les moyens (fausse donation de Constantin, fausses décrétales) profitant de la faiblesse des états, sont devenus des hommes politiques et des financiers. D'ailleurs l'Eglise primitive n'a jamais connu de pouvoir centralisateur.

"Quoi donc, dira-t-on, le Pape n'est pas le successeur de Pierre ?
Il l'est, mais en tant qu'évêque. Car Pierre est un apôtre et le coryphée des apôtres, mais le Pape n'est ni un apôtre, (car les apôtres n'ont pas ordonné d'autres apôtres, mais des pasteurs et des docteurs), ni encore moins le coryphée (chef des chœurs chez les grecs) des apôtres. Pierre est l'instructeur de l'Univers mais le Pape est l'Evêque de Rome ". Les prétentions de l'évêque de Rome sont donc nullement recevables. La chrétienté n'a qu'un seul chef, le Christ et personne d'autre.

Par ailleurs nous émettons les plus expresses réserves sur les réformes édictées lors du Concile Vatican II et sur les activités financières et politiques de Rome. Les relations établies avec certains groupes d'affaires, avec certaines sectes, avec certains services de renseignements, avec certains partis politiques jettent d'étranges lueurs sur les activités qui ont pris la première place au Vatican. Elles n'ont rien de spirituelles malgré quelques paravents religieux. Chaussant maladroitement les sabots de l'anticommunisme, le Vatican mène une politique dangereuse. Il est vrai qu'il y a quarante ans, le Pape Pie XII ne leva pas le petit doigt pour sauver les juifs de l'extermination et pour ne pas contrarier ses amis totalitaires. La politique menée par le Vatican ne nous parait pas compatible avec l'Idéal Templier.


Il est inutile de préciser que nos critiques s'adressent aux responsables de l'Eglise Romaine et non aux fidèles de cette église. Ceux-ci ne peuvent être tenus pour responsables des erreurs commises par les « Infaillibles ».

La Chrétienté ne peut retrouver sa voie qu'en retournant aux principes régissant l'Eglise Primitive. Et surtout en ne bafouant pas la Loi d'Amour. Ainsi se construira le Royaume de Paix, de Lumière et d'Amour qui est celui de Dieu.

TRADITIONNEL

L’Ordre du Temple est Traditionnel

( Ceci constitue un point essentiel de notre existence).

Cette conception implique les caractères initiatiques chevaleresques et religieux qui seront développés plus loin. Définissons tout de suite ce que nous devons entendre par la Tradition. Il ne s'agit pas de couleur locale, de coutumes populaires ni de mœurs curieuses collectionnées par les folkloristes, mais de l'origine même des choses. La Tradition est la transmission d'un ensemble de moyens consacrés qui facilitent la prise de conscience de principes immanents d'ordre universel puisque l'homme ne s'est pas donné à lui-même ses raisons de vivre. Il s'agit là d'une connaissance intérieure coexistante à la vie, d'une coexistence et en même temps d'une conscience supérieure reconnue comme telle, d'une conscience, à ce point inséparable de la personne qu'elle naît avec elle et constitue sa raison d'être.

La Tradition est donc une émanation de la Sagesse Divine, et sa nature comme son origine est Divine. Elle est donc Immuable - Parfaite - Absolue. L'homme ne peut rien y ajouter. Cela implique que tout Ordre Traditionnel est nécessairement religieux.

Refuser cette implication c'est donner à la Tradition une origine humaine et faire des organisations traditionnelles des sociétés culturelles. Certes la Tradition ne se manifeste pas à l'homme dans son absolu. C'est elle qui inspire et qui vivifie les organisations initiatiques authentiques, les religions et les philosophies.

Suivant les lieux et les époques, la Tradition revêt des vêtements divers. Aussi est-elle comprise à des niveaux divers par les cherchants, et l'homme n'appréhende de la Tradition que ce qu'il est capable d'en saisir. C'est dire que la connaissance que l'homme a de la Tradition est toujours perfectible. Si les hommes ont des idées plus ou moins exactes sur son contenu, aucun ne peut se glorifier de la posséder dans son intégralité.

Celui qui manifesterait une telle prétention se place de lui-même hors du courant Traditionnel !  Précisons aussi que si les manifestations de la Tradition sont extrêmement diverses, il n'existe qu'une seule Tradition. Aussi est-il faux d'opposer la Tradition Orientale et la Tradition Occidentale. Le mot Tradition n'a pas besoin d'adjectifs.
La Tradition est UNE parce que Dieu est UN. La seule opposition qui existe se trouve entre la Tradition et ses parodies.

L'idée de Tradition implique donc :

a) la transmission d'un savoir !
b) le caractère fondateur de ce savoir à l'égard des démarches d'une culture, d'une religion, d'une initiation.
c) qu'elle est le contenu sous-jacent à toutes les manifestations humaines qui constituent une civilisation. C'est pourquoi on peut dire que la Tradition s'est incarnée dans l'Atlantide, dans l'Egypte des pharaons, dans la Chine antique, et dans le cœur de l'Ordre du Temple au moyen-âge.

Une organisation possède un caractère Traditionnel, si :

- Elle se réclame de la Sagesse Divine.
- Elle manifeste une exigence d'Unité.
- Elle affirme le caractère perfectible de la spiritualité humaine.
- Elle diffuse un enseignement fournissant des outils à qui veut accéder à un niveau spirituel supérieur.

Cet enseignement combine l'Opératif et le Spéculatif et met en acte un savoir, une pratique théorique. La Tradition est coexistante aux courants de vie et d'Amour qui s'échappent de Dieu. Le maintien de la Tradition dans la création et la notion de perfectibilité de tout niveau spirituel impliquent l'existence d'une Hiérarchie d'êtres intermédiaires entre le Divin et l'Humain profane.
On trouve donc, à partir de ce dernier et en marchant vers la source Unique, Les Connaissants, Les Maîtres Ascensionnés et Les Chœurs Angéliques.

Cette Hiérarchie a fait l'objet de nombreuses spéculations plus ou moins fantaisistes. Beaucoup de nos contemporains affirment être en relation avec elle, alors que bien peu le sont véritablement. Par ailleurs une grande équivoque règne sur la notion de Maître.

Si le Maître Suprême est Dieu, il n'en est pas moins vrai qu'il existe des entités appelés aussi Maîtres qui sont des intermédiaires entre Dieu et les hommes. On mesure par là, combien la notion de Tradition apparaît complexe et combien il est difficile de la traduire en langage humain. En fait, il faut vivre la Tradition pour l'assimiler à son être. Nous confondons trop souvent l'Intellectuel et le Spirituel !

MISE EN GARDE

 

Il n'est pas impossible que des organisations pseudo-spiritualistes, amorcent dès maintenant leur déclin et même disparaissent à plus ou moins longue échéance, car devant le Christ et les Maîtres Ascensionnés, nulle hypocrisie n'est possible !  Il appartient à chacun de nous, de savoir reconnaître une Organisation Traditionnelle Authentique. Il existe des moyens très simples et très surs pour arriver à cerner la vérité : en voici quelques uns : Vérifier les critères de la Doctrine. Contrôler si l'enseignement et son processus est initiatique. Examiner comment l'organisation a été créée (date et lieu). Constater quelles sont les techniques et le mode d'accroche et de contact. Apprécier quelle est la place de la Prière et du Spirituel dans  l'enseignement diffusé. Déterminer quelles sont les références à la Hiérarchie Céleste. Voir s'il s'agit d'une direction collégiale, afin d'exclure l'autoritarisme et les excès. Vérifier s'il existe des textes écrits précisant les droits et devoirs de chacun et diffusés à tous.

Se renseigner s'il est possible de contrôler la comptabilité de l'organisation, et d'assister à une assemblée générale ou de s'y faire représenter (loi 1901). Demander si les membres peuvent librement s'exprimer et soumettre les éventuels problèmes litigieux à l'appréciation d'un collège constitué. Se renseigner si les dirigeants respectent bien les engagements qu'ils ont pris ! Sur tous ces points essentiels l'O+C+T+C+N+D+ présente des positions très nettes, très précises et contrôlables afin de dissiper tous malentendus. Son objectif étant alors bien défini il convient d'en informer très clairement le public, et surtout ceux qui peuvent ressentir un appel intérieur pour s'engager dans la voie de progression spirituelle proposée. Mais nous savons parfaitement que franchir ce premier portail est souvent une décision difficile à prendre, et nous avons pensé que dans un premier temps, beaucoup de postulants aimeraient pouvoir se faire une idée plus exacte et surtout plus réelle de l’O+C+T+C+N+D+.  En quelque sorte, ils voudraient pouvoir tester la valeur des informations reçues.


Dans cette hypothèse nous proposons une première solution, ne nécessitant aucun engagement : l'abonnement au bulletin mensuel de l'Ordre « LE BEAUCEANT » dont les sujets traités sont nombreux, variés et pleins d’intérêt. Pour vous donner une idée de ce bulletin, voici quelques sujets étudiés :

  • Le Christianisme Primitif
  • L'Ordre du Temple Ancien et Nouveau
  • Les Hauts Lieux Templiers et Chrétiens
  • Le Saint Nom de Jésus
  • Le Rôle de Marie dans les derniers temps
  • Les 4 temps du Carême
  • Saint-Benoit
  • L'Eglise Chrétienne primitive
  • La Papauté
  • Saint-Pierre
  • L'Edit de Constantin
  • Le problème de la Réincarnation
  • Saint-Bernard
  • L'Eglise de Corinthe
  • Saint-Michel-Archange
  • La France Hermétique
  • Les Forêts

Tous les sujets se rapportant à l’ésotérisme au sein du Christianisme ; Tradition, Astrologie, Tarot, Monuments Historiques, Nature, Symbolisme des Nombres, des Couleurs, des Tarots, Edifices Religieux Chrétien, Géométrie Sacrée, etc... Voir " LISTE DES ARTICLES PARUS DE 1985 à 2014 dans la page d'Accueil. Toutefois, dans le contexte actuel de son organisation, de la mise en place de ses structures, de son développement dans le cadre de sa mission, l'O+C+T+C+N+D+ ne recherche pas un afflux d'adhésions immédiates en provenance de curieux, ou de personnes cherchant à obtenir ou à développer certains pouvoirs !  C'est pourquoi nous tenons à jouer cartes sur table, en donnant très exactement les informations précises et claires permettant aux chercheurs véritables de comprendre le but exact recherché et pouvoir se rendre compte que l'O+C+T+C+N+D+ dispense un enseignement ésotérique d'une valeur incontestable, mais exige en compensation, de ses membres, un réel travail initiatique, qui est suivi de très près à réception des rapports mensuels sur chaque mandement étudié !

Dans de telles conditions les adhésions ne peuvent être que lentes et peu nombreuses, mais elles seront de qualité, du moins nous l’espérons ! C'est pourquoi nous préconisons comme premier contact sérieux et valable, l'abonnement au bulletin " Beaucéant " qui n’entraîne aucune obligation, aucun engagement et permet néanmoins de se faire une opinion sur la valeur réelle de l'Ordre.Ainsi, chacun peut déjà apprécier pendant la durée qu'il estimera nécessaire, la valeur de tout ce qui lui a été communiqué, bien qu'il ne soit pas membre !  Ensuite l'abonné pourra décider, soit d'en rester à ce stade, être un sympathisant de l'Ordre, soit de franchir le premier seuil en demandant son adhésion. Il aura ainsi acquis des idées plus justes sur l'Ordre du Temple et une meilleure compréhension des principes et des règles qu'il mettra en application pour sa propre évolution spirituelle et donc, de l'humanité toute entière puisque l'élévation de celle-ci ne peut se réaliser que par celle des hommes et des femmes qui la composent !

La Paix, la Lumière et l'Amour doivent revenir sur Terre : c'est pour cela que l'O+C+T+C+N+D+ a opéré sa résurgence le 27 décembre 1984 à Jérusalem. Il devient maintenant un phare allumé, une terre d’accueil, un centre de préservation, et c'est aussi parce qu'il est investi par les Maîtres Ascensionnés de cette grande Mission, que les Templiers sont appelés les gardiens de la Terre Sainte.

SYNTHÈSE ET CONCLUSION

Quelque soit notre propre concept de Dieu et de son œuvre, retenons : Que l'important n'est pas les hypothèses faites par l'homme sur la nature de Dieu, car elles n'auront aucun effet sur ses manifestations. Que l'homme normal est pratiquement dans l'impossibilité de définir Dieu, du fait que dans son état limité sur le plan matériel il ne possède pas les facultés nécessaires : c'est au-delà de ses capacités. Mais il peut néanmoins l'appréhender dans ses manifestations, ses lois cosmiques immuables. Dieu, dans son essence, est totalement inaccessible mais on peut le saisir dans ses énergies qui émanent continuellement de l'essence Une de la Sainte Trinité Supérieure. Que notre progression, nous rapproche de plus en plus de l'Infini et nous permet alors de développer de plus en plus notre prise de conscience de Dieu. Notre propre concept de Dieu change donc en fonction des connaissances acquises, et de notre approche de la conscience cosmique. La sensation de Dieu n'est pas le fruit d'une recherche sensorielle ni d'une quête de l'intellect. C'est le résultat de la pneumatisation de l'être par l'Esprit jaillissant du centre de notre être. Le développement de l'esprit en l'homme, le transforme de l'image de Dieu en Similitude. Saint-Irénée dit : " Dieu s'est fait homme pour que l'homme puisse devenir Dieu ". L'Esprit Saint ramène l'esprit humain à son centre ontologique (le Soi) et lui révèle l'image de Dieu ouverte à la transcendance divine et à l'intériorité. Dieu est à la fois immanent et transcendant à l'homme. Par ailleurs l'Esprit Saint fait naître en nous l'amour cosmique qui nous révèle les essences des êtres et les pensées de Dieu sur le monde.

 

 

Derniers Articles

  • mardi, 24 janvier 2023 15:51
    NOTRE DAME ET L'ORDRE DU TEMPLE  Lorsqu'on consulte la règle de l'Ancien Ordre du Temple, on est surpris par le nombre et l'importance des références qui sont faites à Notre Dame.Parmi les fêtes qui doivent être célébrées en la maison du Temple, la règle de 1128 cite Sainte Marie de la Chandeleur, l'Annonciation de Notre Dame de Mars,...
  • mardi, 24 janvier 2023 15:34
    NOTRE TEMPLE INTÉRIEUR  Il est des lieux particulièrement vibrants, car placés intentionnellement par des bâtisseurs (1) (déjà attestés au Néolithique) sur des lignes de forces telluriques.Pour cette raison, ils furent habités par des sages, des ermites, qui cherchaient à élever leur conscience et à vivre en harmonie entre ciel et...
  • mardi, 24 janvier 2023 15:22
    NETTOYAGE INTÉRIEUR  Il est bon de temps à autre, surtout en période de mal-être, de déprime, de remise en question, de faire un nettoyage intérieur en balayant ses mémoires et émotions toxiques (1). Pour cela la philosophie ancestrale hawaïenne, pleine de sagesse multi séculaire, possède une phrase "magique" qui permet de retrouver sa...
  • mardi, 24 janvier 2023 12:44
      LA CHEVALERIE TEMPLIERE Il nous a semblé intéressant de rassembler les notes de lectures de conférences sur le sujet de la chevalerie Templière, notamment d'une grande spécialiste de l'époque médiévale qui a beaucoup étudié Guillaume de St Thierry et son compagnon d'échanges spirituels St Bernard de Clairvaux (1).Marie-Madeleine Davy (2)...
  • mardi, 24 janvier 2023 12:24
    RELIGION A VENIR ...             Vu les bouleversements actuels, on peut dire que nous sommes entrés dans l’ère du Verseau. Ce signe d’air annonce l’avènement du règne du Saint Esprit et son ère serait plus spirituelle.            ...
  • samedi, 31 octobre 2020 18:55
  • mercredi, 29 avril 2020 14:33